Ligne rouge
Découvrir

Ferme McConnell

Dès le début du XIXe siècle, plusieurs colons s’installent sur l’axe de ce qui est aujourd’hui le chemin d’Aylmer. La ferme McConnell sera construite dans les années 1850 par William H. McConnell. La famille McConnell est une des familles fondatrices de la communauté.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ensemble de ferme du chemin Marks

L’ensemble de ferme du chemin Marks, situé dans un paysage joliment vallonné, date des années 1890. La ferme se compose de plusieurs bâtiments et d’une maison mansardée de la fin du XIXe siècle couverte de papier-brique. Une autre maisonnette en bois équarri pourrait avoir été une première résidence reconvertie par la suite. Les six autres bâtiments, autour d’une cour, sont en bois équarri et couverts d’un toit de tôle. Le plus imposant compte sur son toit un campanile qui sert à l’aération. Cet ensemble de ferme est inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ensemble de ferme du Détour-Brown

L’ensemble de ferme du chemin du Détour-Brown date des années 1880 et les six bâtiments utilitaires en bois montrent la diversité des matériaux et des méthodes de construction utilisés dans la deuxième moitié du XIXe siècle. On y retrouve des bâtiments de bois équarri, d’autres en planches verticales, un bâtiment en bardeaux de cèdre et un silo à charpente externe. L’ensemble est particulièrement visible depuis l’intersection avec le chemin Marks. Cet ensemble de ferme est inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme des Six

Sur le chemin auquel elle a donné son nom, la Ferme-des-Six a été construite aux alentours de 1900, mais une ferme forestière appartenant au marchand de bois Hamilton y avait existé dans les années 1830. La Ferme-des-Six est une des grandes exploitations les mieux conservées de l’Outaouais comptant plusieurs bâtiments à toit en arc brisé. La ferme a employé de nombreux résidents de Bouchette comme ouvriers agricoles, mais aussi des forgerons, des ménagères, etc. Une douzaine de bâtiments sont encore utilisés par la famille Lefebvre, propriétaire des installations agricoles depuis 1951. La ferme fait partie de l’inventaire du patrimoine bâti de la région de l’Outaouais.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme Frederick-Bretzlaff

L’ensemble de la ferme Frederick-Bretzlaff est situé au nord de Thorne, dans la région colonisée par les premiers immigrants allemands de Prusse arrivés vers 1868 qu’on appelle la petite Allemagne ou Schwartz. L’ensemble de ferme date des années 1880 et se compose de cinq bâtiments utilitaires en pièce sur pièce, une grange, un étable, une écurie, deux poulaillers et d’une maison elle aussi en bois brut avec toit de tôle incliné vers l’arrière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme Rudolph-Schroeder

La ferme Rudolph-Schroeder est située dans la région colonisée par des premiers immigrants allemands arrivés vers 1868 et qu’on appelle la petite Allemagne ou Schwartz. C’est un ensemble de ferme qui comporte huit petits bâtiments disposés autour d’une cour et une résidence de bois blanc au toit et aux encadrements de fenêtre verts. La majorité des bâtiments utilitaires sont construits en pièce sur pièce et deux d’entre eux comptent des portes permettant l’accès au fenil du deuxième étage. La maison et l’ensemble de ferme sont inventoriés.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme Godfried-Rueckwald

Au nord de Thorne, on retrouve une importante concentration de bâtiments de ferme traditionnels en très bon état de conservation. La ferme Godfried-Rueckwald a été construite autour de 1900 dans le hameau Schwartz qui rappelle l’héritage allemand de la municipalité de Thorne. La ferme comporte une maison d’un étage et demi ceinturée d’une galerie et une très belle grange-étable avec un pont d’accès. Les bâtiments sont inventoriés.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme modèle – Grange Pesant

La grange Pesant, ou Owens, a été construite en 1907 à la sortie est de Montebello. Henri Bourrassa avait participé, dans les années 1890, à l’établissement d’une ferme modèle, une première expérience qui sera récompensée par la médaille du Mérite agricole en 1893.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme Columbia / Maison Brigham

Construite vers 1835, la ferme Columbia est une ancienne maison de ferme de style géorgien construite pour le gendre de Philemon Wright, Thomas Brigham.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ferme Virginia-Moore/Centre d’écologie et d’agriculture urbaine de Gatineau

La famille du pionnier Philemon Wright sera propriétaire du site actuel de la ferme Moore de 1824 à 1872. Mais la construction de la ferme sera plus tardive, dans les années 1910, par la famille Slater.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Visite guidée – Cimetière patrimonial Barber

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Le clergé et les allumettières, un long parcours jusqu’à la grève de 1924

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Poste de traite du Lac-aux-Allumettes

Les postes de traite sont des lieux de rencontre et d’échange commercial qui revêtent une grande importance pour les Amérindiens. La Compagnie de la baie d’Hudson aménage, en 1828, un poste de traite au lac aux Allumettes et est surtout fréquenté par les Algonquins.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Église de Saint-Fidèle

L’église de Saint-Fidèle de Fassett fut érigée en 1918 par les entrepreneurs Lalonde et Lépine de Saint-André-d’Argenteuil selon les plans de l’architecte Charles Brodeur de Hull. L’église actuelle a été construite sur le site d’une chapelle-école qui se trouvait sur place depuis 1909. Au fil des ans, l’église a subi plusieurs modifications.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Église et cimetière Saint-John-in-the-Wilderness

En 1899, Julienne Lonsdale vend un terrain à l’évêque William Bennet Bond (1815-1906) afin de permettre aux autorités du diocèse anglican de Montréal de faire construire un lieu de culte desservant la communauté de Glen Almond située dans le nord-ouest du canton de Buckingham. Les travaux commencent la même année et l’église anglicane St. John in the Wilderness est ouverte au culte en 1902.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Cimetière des pionniers de Buckingham

En 1836, la famille O’Neil fait don de dix acres de terrain pour la construction d’une église, d’un presbytère et d’un cimetière. Plus de 670 des pionniers francophones et anglophones y seront enterrés entre 1836 et 1879, date à laquelle le cimetière, considéré saturé, sera fermé.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Moulin des Pères

Le village d’Aumond doit son nom à l’unique « baron du bois » francophone de la rivière Gatineau et de ses environs, le Canadien français Joseph-Ignace Aumond. Mais le village était aussi nommé Moulin des Pères, rappelant la construction d’un moulin à scie par les Pères Oblats en 1861 sur la rivière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Parc Moussette

Inauguré en 1928 dans le quartier Val-Tétreau à Hull, le parc d’attractions Luna est l’ancêtre du parc Moussette. La crise des années 1930 conduira à la fermeture du parc en 1935 qui sera réaménagé trois ans plus tard en parc municipal. Il prend alors le nom du maire de Hull, Alphonse Moussette, qui a été élu en 1936.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château Monsarrat

Dans les années 1930, Robert Gordon Stewart (1880-1941), un riche entrepreneur en construction originaire d’Ottawa, ancien lieutenant-colonel de l’armée canadienne, fait l’acquisition de terres ayant appartenu à deux familles fondatrices de Hull, les Wright et les Moore. Sur ces terres situées à proximité du chemin d’Aylmer, il fait construire une imposante demeure et lui donne le nom de Stoneleigh.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Conservatoire de musique

Construite entre 1860 et 1865, la résidence que fait construire le marchand de bois David Moore fils témoigne de sa prospérité. La riche demeure prend le nom de Riverview. En 1927, les Sœurs du Sauveur d’Ottawa font l’acquisition de la maison et l’agrandissent pour y établir l’Orphelinat Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus. En 1987, le Conservatoire de musique de Gatineau s’y installe et y accueille les premiers étudiants.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Église Saint-James

Construite en 1901, l’église Saint-James est la deuxième du nom à être bâtie à cet emplacement. À la suite de la fermeture définitive de la paroisse anglicane Saint-James faute de paroissiens, l’église ferme à son tour. Elle est acquise en 2013 par des propriétaires qui entreprennent d’importants travaux de rénovation pour en faire une boutique de mobilier haut de gamme, tout en conservant le cachet religieux du lieu.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Petite école de rang du Bonnet Rouge

La 2e école de rang de Bouchette a été construite vers 1903 pour remplacer une première école datant de 1870. 

La Petite école de rang du Bonnet Rouge a ouvert ses portes aux premiers visiteurs en juin 2017, avec un mobilier d’époque et une grande quantité de documents présentant le quotidien des écoles de rang et des enseignantes en milieu rural, du 19e jusqu’à la fin des années 50.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne chapelle méthodiste

Achevée en 1827, la « chapelle de Hull » va desservir tous les groupes méthodistes de l’Outaouais, dont le nombre s’accroît notablement avec l’arrivée d’immigrants britanniques qui participent aux travaux de construction du canal Rideau entre 1827 et 1832. Dès les années 1850, la chapelle devient trop exiguë et est remplacée par une nouvelle église méthodiste construite au centre du village d’Aylmer. En raison de la construction de l’autoroute 50, la Ville déménagera l’ancienne chapelle méthodiste sur son emplacement actuel, plus à l’est, en 1989.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Bolton-Meech

La maison Bolton-Meech est réputée être la plus ancienne maison de briques d’Aylmer. Construite en 1860 à l’aide de briques fabriquées localement, elle sera d’abord habitée par un cordonnier du nom de William Ramsey. Dix ans plus tard, elle est rachetée par la famille d’Horatio Cahill qui la loue à George Cahill Bolton, capitaine du bateau à vapeur Jason Gould.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

RÉCEPTION DU PATRIMOINE DE LA VILLE DE GATINEAU

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Caverne Laflèche

Découverte par accident en 1865 par Joseph-Charles Dubois, la caverne Laflèche est aujourd’hui ouverte aux visiteurs et considérée comme l’une des plus grandes cavernes du Bouclier canadien. Sa formation remonte à plus de 12 000 ans lorsque l’eau de la fonte des glaciers a lentement dissous le calcaire des roches sédimentaires pour y creuser une caverne et des lacs souterrains. La caverne fait aujourd’hui partie du parc Arbraska Laflèche, un centre de loisirs privé. La caverne est ouverte au public toute l’année et diverses activités y sont organisées.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien hôtel Dean

On ignore la date exacte de construction de l’ancien hôtel Dean, mais il a été bâti sur un terrain appartenant à Thomas Brigham, gendre de Philemon Wright, aux environs de 1825. Il ne prendra sa vocation d’hôtel qu’une fois la bâtisse agrandie dans les années 1870. Chelsea ayant été un des foyers de la prohibition au début du siècle dernier, l’hôtel Dean devra fermer ses portes en 1907 après avoir vécu une courte vie de bar clandestin. Située sur le chemin d’Old Chelsea, la bâtisse a accueilli divers restaurants depuis les années 1950 et accueille aujourd’hui le Chelsea Pub, un établissement local ouvert en 1988. L’ancien hôtel Dean est un bâtiment inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien presbytère St. Stephen/Centre des arts La Fab

La première église catholique St. Stephen a été érigée en 1838, au cœur du village de Chelsea, pour desservir la communauté catholique. Elle sera remplacée en 1882 par une église en pierre. Le presbytère sera construit un peu plus tard, soit vers 1900.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Magasin général Martineau

L’ancien magasin général Martineau a été construit en 1917-1918 sur la rue Principale de Montcerf (aujourd’hui Montcerf-Lytton). Très bien conservé, le magasin de Léonard Martineau sera prospère jusqu’à la construction de la route 117 qui déviera la circulation vers le nord. Le magasin a alimenté les chantiers forestiers du nord en denrées diverses avant de fermer ses portes dans les années 1960. Ses ouvertures et ses vitrines sont restées inchangées. Le bâtiment est inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Pont couvert Cousineau

Le pont Cousineau a été construit en 1932 au cours de la grande crise économique des années 1930. Le gouvernement canadien avait mis en place de grands chantiers publics comme mesure d’atténuation du chômage et la construction de ponts couverts a largement bénéficié de ces politiques. De type Town élaboré et mesurant 30 mètres de longueur, le pont Cousineau enjambe la rivière Picanoc. On y accède par le chemin du Ruisseau-des-Cerises. Le pont Cousineau doit sans doute son nom à la famille qui possède une ferme au nord du pont. Il a été inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Ben-Schwartz

Au nord de Thorne, on appelle la région colonisée par des immigrants allemands arrivés vers 1868 la petite Allemagne ou Schwartz. C’est ici que la maison Ben-Schwartz a été construite vers 1900 à proximité de trois bâtiments de ferme construits quelques années plus tôt. Le petit bâtiment de bois rond a sans doute servi de première habitation, et les deux autres, de grange et d’étable. La maison ainsi que l’ensemble de ferme sont inventoriés.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison du bourgeois

La maison du bourgeois fait partie du site historique de l’ancien poste de traite du Lac-aux-Allumettes. Sur les berges du lac aux Allumettes s’installe un commerçant de fourrures vers 1823, face à un débarcadère naturel utilisé par les Amérindiens. MacDonnell, le commerçant, sera rapidement évincé par la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) qui vient installer un nouveau poste juste à côté du sien.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne gare de Shawville/Musée historique du Pontiac

À la fin des années 1800, on construit le chemin de fer Pontiac Pacific Junction Railway pour remplacer le transport sur la rivière des marchandises et des passagers allant et venant du Pontiac. La gare de Shawville sera bâtie vers 1887 et verra marchandises et passagers y transiter pendant 80 ans.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Dépôt Gilmour

Philemon Wright, premier colon américain à être arrivé en Outaouais en 1800, a rapidement ouvert plusieurs chantiers forestiers dans la région. En 1835, les chantiers du canton de Leslie, qui flottent du bois vers la rivière Gatineau, sont approvisionnés par une ferme forestière dont la famille Wright assure l’exploitation. Les terres de cette ferme s’étendent entre le lac de la Ferme au sud et le lac à la Loutre (Otter Lake) au nord. Elle est rachetée dans les années 1840 par la compagnie Gilmour qui en fait un dépôt secondaire.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Bryson

Faisant face à la rivière Coulonge, la grande maison de la ferme de George Bryson a été terminée vers 1854. De style géorgien, la maison en bois est de forme rectangulaire et compte deux étages, un toit à quatre versants surmonté d’un campanile avec un belvédère à rambarde et une longue galerie couverte courant sur trois façades. Sur le site, plusieurs autres bâtiments ont été conservés : de longues dépendances en bois organisées autour d’une cour intérieure et la maison en pierre du comptable.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Spruceholme

Construite vers 1875 pour George Bryson, Jr., fils de George Bryson, la maison Spruceholme est une imposante maison de pierres de style néoclassique. Elle se distingue par son entrée surmontée d’un balcon fermé, lui-même surmonté d’un balcon ouvert à la hauteur des combles. Elle est située sur un terrain paysagé planté d’arbres et entouré d’une grille de fer forgé ancienne. C’est la seule maison de l’allée des manoirs qui est restée dans la famille Bryson. L’arrière-petite-fille de George Bryson, Jr. l’a transformée en gîte et restaurant, lui conservant son cachet et du mobilier d’époque. La maison est inventoriée.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chemin du Lac-Grosleau

Le chemin du Lac-Grosleau doit son nom à Pierre Grosleau, un métis né dans l’Ouest et sans doute commerçant pour la Compagnie du Nord-Ouest. Il s’installera sur une terre ne lui appartenant pas encore au nord de Saint-André-Avellin avec sa femme et un premier enfant. Il en aura quatorze. Le chemin suit la rivière Petite-Nation et offre de belles vues sur le paysage et sur les fermes éparpillées. Il permet également d’admirer les chutes Joubert qui cascadent sur la rivière de part et d’autre de l’île sur laquelle était installée la scierie de Félix Proulx. Le petit pont a été le premier à relier Saint-André-Avellin et Ripon.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Charlebois

En 1840, Basile Charlebois a fait ériger une partie de la résidence aujourd’hui connue sous le nom de maison Charlebois sur le territoire de ce qui deviendra la municipalité de Montebello.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Circuit pédestre Le chemin de la Mine

Le circuit pédestre Le chemin de la Mine propose un itinéraire qui explore à la fois le passé rural et minier du district de l’Orée-du-Parc. Le boulevard de la Cité-des-Jeunes s’appelait encore le chemin de la Mine il n’y a pas si longtemps. En le longeant, on retrouve des traces du passé rural du district. Quelques fermes et maisons des premières familles anglophones à s’installer sur ces terres sont encore visibles et leurs noms sont familiers : Benedict, Olmstead et Pink, Maxwell et Murtagh, Hendley ou Dennison. Ce parcours est réalisable à pied ou à vélo.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Circuit pédestre Des Hautes-Plaines au Vieux-Port

Le gisement de magnétite Forsyth, à Hull, à proximité de l’actuel boulevard de la Cité-des-Jeunes, a été découvert en 1801 lors des tout premiers travaux d’arpentage faits dans la région. Toutefois, il faudra attendre plus de 50 ans pour que le gisement commence à être exploité.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Collège Saint-Alexandre

Le site du patrimoine du Collège Saint-Alexandre est un ensemble de bâtiments construits entre 1870 et 1950. Dans les années 1850, Alonzo Wright, petit-fils de Philemon Wright, fait construire sur le site une ferme et une résidence. Ce sont les premiers bâtiments existants.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Monastère des Pères rédemptoristes

Construite en 1840, la maison John-Egan, connue au XIXe siècle sous le nom de Mount Pleasant, sera construite juste après son mariage. John Egan, marchand de bois, sera également le premier maire d’Aylmer et le premier député du comté à l’Assemblée législative de la province du Canada. Après sa mort en 1857, c’est son gendre qui s’y installera jusqu’en 1890.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Site des ruines de la Centrale Deschênes

Les rapides et le lac Deschênes sont situés sur la rivière des Outaouais, entre le secteur d’Aylmer de Gatineau et l’ouest de la ville d’Ottawa. Le site des rapides Deschênes est connu pour être le troisième portage ou « portage du haut » sur la rivière. Important lieu de passage, le site sera exploité dès les débuts de la colonisation avec l’installation d’une scierie, d’une forge et d’un moulin à foulon par l’entrepreneur Ithamar Day.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chemin d’Aylmer

Le chemin d’Aylmer est le plus ancien chemin de la région. En 1802, Philemon Wright entreprend d’aménager un chemin à proximité de la rivière des Outaouais pour contourner les chutes et les rapides qui empêchent les bateaux de remonter au-delà de Hull. Le chemin sera prolongé jusqu’à Aylmer trois ans plus tard.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne manufacture Hanson Woollen Mills

C’est George Hanson, fils d’un cardeur de laine, qui fait construire en 1905, sur un terrain vacant de la rue Montcalm, une bâtisse pour la George E. Hanson Carding and Woolen Co. Elle sera incorporée en 1934 sous le nom de Hanson Hosiery Company.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château d’eau de Hull

Le château d’eau est un édifice municipal construit entre 1902 et 1905 qui sera agrandi en 1910. Le bâtiment en pierre se compose de deux ailes rectangulaires en L, coiffés d’un toit à deux versants droits à faible pente. L’édifice comprend trois niveaux, dont deux sont partiellement souterrains.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Masson-Angers

Les villages de Masson et d’Angers ont fusionné en 1980 pour former l’ancienne municipalité de Masson-Angers, aujourd’hui un des secteurs de la ville de Gatineau. C’est Louis-François-Rodrigue Masson, ancien lieutenant-gouverneur de la province de Québec, qui donne son nom au village de Masson, tandis que celui d’Angers doit son nom au village français du même nom, dont est originaire le premier curé missionnaire de la région, Eugène Trinquier. Située près de la rive de la rivière des Outaouais, Masson-Angers est traversée par la rivière du Lièvre. Si le village d’Angers s’est constitué grâce à l’agriculture, celui de Masson possède une histoire plus industrielle axée sur l’industrie des pâtes et papiers et un développement en partie dû à la desserte ferroviaire du Canadien Pacifique à la fin du XIXe siècle.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Vallée-de-la-Gatineau

En remontant le nord de la rivière Gatineau pour entrer dans la région de la vallée de la Gatineau, on parcourt ce qui a longtemps été le terrain de jeu des coureurs des bois et des exploitants forestiers avant que les premiers Irlandais, fuyant la Grande Famine, ne s’installent sur le territoire. Beaucoup plus au nord, la réserve algonquine Kitigan Zibi à Maniwaki offre aux visiteurs un aperçu de l’histoire et de la culture anishinabe à travers son centre culturel. Et pour ceux qui veulent prendre leur temps, la Véloroute des Draveurs permet d’explorer une multitude de sites géologiques et d’écosystèmes uniques sur 70 km à travers la vallée.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Pontiac

C’est dans le Comté du Pontiac que l’on retrouve certaines des plus anciennes traces d’occupation humaine. Des fouilles sur les îles aux Allumettes et Morrison ont montré des traces d’occupation autochtone datant d’environ 6 000 ans av. J.-C. La rivière des Outaouais permettait les échanges et les déplacements entre peuples amérindiens. Avec l’arrivée des premiers Européens, le commerce de la fourrure prend le pas sur les autres échanges commerciaux avant de céder, quelques siècles plus tard, sa place à la drave. À partir de 1820, les rives de la rivière vont être peu à peu aménagées en fonction des besoins des communautés naissantes. On retrouve la plupart des petites villes de ce comté agricole et forestier le long de la rivière des Outaouais, frontière naturelle entre l’Ontario et le Québec. Des colons de toutes origines s’y installent peu à peu, venus des îles britanniques, mais aussi Canadiens français, puis Polonais et Allemands, qui se voient distribuer des terres plus ou moins fertiles… Au XIXe siècle, le Pontiac est un pays de bûcherons et d’agriculteurs. À la fin du XIXe siècle, la diminution des activités forestières conjuguée aux transformations agricoles qui nécessitent de grandes surfaces précipite l’exode rural.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Gatineau

Patchwork de petits villages bien distincts à l’origine, Gatineau possède une histoire surtout liée à l’agriculture, ainsi qu’à la drave et à la transformation du bois. Si le village de Pointe-Gatineau situé à l’embouchure de la rivière Gatineau a longtemps réuni draveurs et cageux, celui de Gatineau Mills, dans les terres, rassemblait par centaines les familles ouvrières autour du moulin de la CIP. On peut parcourir aujourd’hui à pied ou à vélo deux sites patrimoniaux qui permettent d’admirer des maisons typiques de ces deux anciens villages.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Collines-de-l’Outaouais

Au nord de Gatineau, les collines de l’Outaouais ont vu arriver les premiers colons anglophones dès les années 1830. Activités agricoles et exploitation forestière vont baisser en intensité au XXe siècle pour accueillir les premiers vacanciers et amateurs de plein air venus en train. La vocation touristique de la région ne s’atténuera pas avec la création du parc de la Gatineau dans les années 1930-1950. On peut aujourd’hui découvrir fermes et églises au détour d’un rang ou au bord d’un lac, ou encore marcher dans les pas des vacanciers du siècle précédent pour apprécier les établissements touristiques centenaires et les maisons bourgeoises dans une nature exceptionnelle.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Buckingham

C’est au début du XIXe siècle que les premiers colons s’installent dans ce qui est alors le canton de Buckingham. Les scieries sont les premières industries à voir le jour sur les rives de la rivière du Lièvre, suivies quelques décennies plus tard par les mines. La famille Maclaren sera l’un des plus importants employeurs de Buckingham, établissant son empire dans le commerce du bois. On retrouve de nombreuses traces de l’héritage anglophone et francophone de Buckingham et de son passé industriel en se promenant dans son centre-ville.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Draveurs et ouvriers

Les premiers agriculteurs de la région vont devoir bûcher l’hiver pour survivre et l’exploitation forestière sera bientôt la première industrie en Outaouais avec ses camps de bûcherons et ses draveurs qui font franchir aux billes de bois des centaines de kilomètres de rivières, de chutes et de lacs. Dans les villes, les scieries et les usines de pâtes et papiers vont transformer cette matière première, employer des milliers d’ouvriers et d’ouvrières et contribuer à l’édification de fortunes énormes. On retrouve les traces de cette histoire industrielle depuis les quartiers ouvriers de Hull jusqu’aux anciennes installations le long des rivières. De nombreux circuits patrimoniaux à travers la région permettent d’appréhender les difficultés de la drave ou de la vie des ouvriers d’alors.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Bâtisseurs et pionniers

Coureurs des bois, aventuriers, commerçants et missionnaires étaient là dès le XVIIe siècle… Bien plus tard, les premiers colons venus d’abord des États-Unis, puis de l’Europe, en quête de liberté, d’une vie meilleure ou d’un lopin de terre, défricheurs et bâtisseurs ont laissé leur marque dans les paysages urbains et ruraux de l’Outaouais. Selon que vos intérêts vous portent vers les communautés rurales et leurs ensembles de fermes exhibant fièrement le bois centenaire de leurs granges ou vers les luxueuses demeures des barons du bois et autres riches entrepreneurs venus du Sud, vous trouverez des traces variées de leur présence passée et des communautés qu’ils ont créées.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Destination nature

La région de l’Outaouais compte de nombreuses rivières et des lacs par milliers, des collines et des vallées verdoyantes, des forêts denses et populeuses, des parcs naturels en milieu urbain et des parcs nationaux et fédéraux, des marais et des milieux humides le long de ses cours d’eau et une faune et une flore diversifiée et riche. Quels que soient le temps dont vous disposez et le mode de déplacement que vous avez choisi, vous aurez un vaste choix de lieux d’exploration, sans compter les circuits patrimoniaux qui font la part belle au patrimoine archéologique et naturel de la région.

Ligne rouge