Ligne rouge
Découvrir

La rivière à Deschênes – patrimoine historique et naturel

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Visite guidée «Le château Monsarrat : le manoir néo-Tudor de Gatineau»

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Vieux-Hull à cheval (visites guidées en voiture hippomobile) ($)

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château Logue/Centre d’interprétation de l’historique de la protection contre le feu

Le château Logue est une résidence bourgeoise d’influence Second Empire construite en 1887 dans la ville de Maniwaki par Charles Logue, un immigrant irlandais. Le bâtiment en pierre, de plan rectangulaire à trois étages, est coiffé d’un toit mansardé et doté d’une annexe arrière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne gare de Shawville/Musée historique du Pontiac

À la fin des années 1800, on construit le chemin de fer Pontiac Pacific Junction Railway pour remplacer le transport sur la rivière des marchandises et des passagers allant et venant du Pontiac. La gare de Shawville sera bâtie vers 1887 et verra marchandises et passagers y transiter pendant 80 ans.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Site du patrimoine du Quartier-du-Moulin

En 1925, la Canadian International Paper (CIP) Company s’installe sur les terres de Templeton-Ouest pour y implanter ce qui sera à l’époque la plus grande usine à papier du Canada. La CIP achète une grande partie du territoire qui deviendra la paroisse Saint-Jean-Marie-Vianney et la Municipalité du village de Gatineau.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Site des ruines de la Centrale Deschênes

Les rapides et le lac Deschênes sont situés sur la rivière des Outaouais, entre le secteur d’Aylmer de Gatineau et l’ouest de la ville d’Ottawa. Le site des rapides Deschênes est connu pour être le troisième portage ou « portage du haut » sur la rivière. Important lieu de passage, le site sera exploité dès les débuts de la colonisation avec l’installation d’une scierie, d’une forge et d’un moulin à foulon par l’entrepreneur Ithamar Day.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Site industriel des édifices E.-B.-Eddy

Irremplaçables témoins du patrimoine industriel de Hull, les édifices E.-B.-Eddy ont été construits dans les années 1880. L’Américain Ezra Butler Eddy vient s’installer à Hull en 1851. Il fait construire une première fabrique d’allumettes en 1854.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Le centre de villégiature, le Château de Montebello, une architecture sous influence

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Lancement de livre – Moi, Allan Gilmour, baron du bois

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Le terrier, une mine d’or pour l’histoire de la famille!

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne académie Sainte-Marie

L’ancienne Académie Sainte-Marie a servi comme établissement scolaire pour la majeure partie de son histoire. Érigée entre 1895 et 1897 par l’entrepreneur Joseph Bourque, il s’agissait d’abord d’une école pour filles, fondée, financée et gérée par les Sœurs de la Charité d’Ottawa, communément appelées « Sœurs grises de la Croix ».

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Le terrier, une mine d’or pour l’histoire de la famille!

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Poste de traite du Lac-aux-Allumettes

Les postes de traite sont des lieux de rencontre et d’échange commercial qui revêtent une grande importance pour les Amérindiens. La Compagnie de la baie d’Hudson aménage, en 1828, un poste de traite au lac aux Allumettes et est surtout fréquenté par les Algonquins.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien magasin général McCool

La Compagnie de la baie d’Hudson construit un magasin général au poste de traite en 1857, qui sert aussi comme bureau de poste. Suite au départ de la compagnie et la vente du poste de traite à James McCool en 1869, un nouveau magasin général, en brique et à deux étages, est construit sur les fondations de celui de la Compagnie de la baie d’Hudson vers 1880.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Hôtel Pontiac

À la fin du 19e siècle, grâce au développement de la navigation à vapeur et la villégiature, de nombreux visiteurs procurent une nouvelle vocation à Fort-William. C’est dans ce contexte que l’hôtel fut construit en 1896 par James McCool, sur l’une des plus belle plage de la rivière des Outaouais.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Le patriotisme en jupon

Dans le cadre de son assemblée générale annuelle, la Société historique Louis-Joseph-Papineau invite la population à une conférence publique qui sera donnée par Madame Anne-Marie Sicotte. Cette conférencière a beaucoup étudié et écrit sur la Rébellion de 1837. Elle abordera toute la contribution des femmes en regard de cet événement. C’est là un sujet sur … Continuer la lecture de « Le patriotisme en jupon »

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

À la découverte du patrimoine du ruisseau de la Brasserie

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chapelle St-Theresa de la Petite Fleur

Bâtie en 1857, la chapelle catholique St-Theresa de la Petite Fleur était originalement appelée chapelle Saint-Siméon. C’est l’une des dernières constructions de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Elle est érigée juste en face du poste de traite de la compagnie à Fort William (appelé poste des Allumettes jusqu’aux années 1850) qui fournit la région en articles divers et qui est fréquentée par les Algonquins à la fin de la période estivale.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ruines Carbide Willson

Thomas Leopold Willson, inventeur, ingénieur et homme d’affaires, fait construire une grande propriété surplombant le lac Meech. Il va doter sa propriété de laboratoires pour y poursuivre ses expériences. Dans le parc de la Gatineau, seule la base d’une tour de condensation d’acide a résisté à un incendie. On peut y voir également les ruines d’un ancien moulin, partie intégrante d’une centrale électrique.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne gare de Wakefield

La première gare ferroviaire de Wakefield a été construite en 1892 lorsque la ligne de chemin de fer a enfin atteint le village. En 1929, la gare de Wakefield sera reconstruite sur son emplacement actuel pour laisser la place à un espace de triage et de stockage de billes de bois. Très bien préservée et faisant face à la rivière, l’ancienne gare est aujourd’hui un café-restaurant.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Moulin des Pères

Le village d’Aumond doit son nom à l’unique « baron du bois » francophone de la rivière Gatineau et de ses environs, le Canadien français Joseph-Ignace Aumond. Mais le village était aussi nommé Moulin des Pères, rappelant la construction d’un moulin à scie par les Pères Oblats en 1861 sur la rivière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Odilon-Beaudry

Construite vers 1885, la maison Odilon-Beaudry est l’une des maisons historiques les mieux conservées de la municipalité. Elle doit son nom à son deuxième propriétaire, le docteur Odilon Beaudry, qui s’y installera en 1906 à l’âge de 27 ans à la suite d’une invitation du prêtre A. M. Renaud.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Passerelle piétonne au-dessus de la rivière

Le village de Saint-André-Avellin s’est doté d’un circuit patrimonial géré par la Société historique du village qui commence au musée des Pionniers. Cette même société a construit une passerelle d’une longueur de 40 mètres qui permet de franchir à pied sec la rivière de la Petite Nation.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Borne du chemin Britannia

Érigée en 1820, cette borne milliaire marque le premier mille complété sur le chemin Britannia, une voie de contournement de la chute et des rapides de la rivière des Outaouais dont la construction avait démarré en 1818. Le chemin a pris aujourd’hui le nom de boulevard Alexandre-Taché sur son premier tronçon, puis de chemin d’Aylmer ensuite.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château d’eau de Buckingham

Construit en 1893, le château d’eau est en réalité une ancienne usine de pompage ainsi qu’une petite centrale hydroélectrique installée sur les berges de la rivière du Lièvre, à la hauteur des chutes Upper Falls dont elle exploitait la puissance. Buckingham a été l’une des premières municipalités à se doter d’un service de distribution de l’eau digne de ce nom

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

L’histoire de l’éducation en Outaouais : 200 ans de luttes… de batailles perdues et de petites victoires

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien dépôt de tramways

À la fin du XIXe siècle, les frères Conroy construisent la centrale hydroélectrique de Deschênes. Cette centrale fournira l’électricité des tramways de la Hull Electric Railway. Le dépôt de tramways date de 1896, année d’inauguration de la Hull Electric Railway, et servait à la fois de hangar et de garage de réparation aux tramways de la compagnie. Il sera désaffecté en 1947 lorsque la compagnie cesse ses activités. L’immense bâtisse a été transformée en immeuble à appartements avec l’ajout d’une grande aile à l’arrière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Théâtre Dérives Urbaines

Le Théâtre Dérives Urbaines est un organisme sans but lucratif de Gatineau qui s’est donné pour mission de sortir le théâtre des salles conventionnelles , de soutenir la création théâtrale dans la région de l’Outaouais et de promouvoir le développement d’un sentiment identitaire à travers la production de pièces à caractère historique et d’animations théâtrales.  

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Société d’histoire de l’Outaouais

La Société d’histoire de l’Outaouais diffuse l’histoire et  veille à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine de l’Outaouais. Elle se veut une plaque tournante dans ce domaine en stimulant la recherche, la collaboration à des publications, en étant le lieu de rencontre entre amateurs et professionnels, en informant le public sur l’environnement patrimonial et historique tout en servant de lien entre les différents organismes publics œuvrant dans le même domaine, dont la Fédération Histoire Québec et la Table régionale du patrimoine religieux de l’Outaouais.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Société d’histoire de Buckingham

La Société d’histoire de Buckingham (SHB) est un organisme à but non lucratif qui a pour mission de conserver, préserver et mettre en valeur le patrimoine oral, écrit et bâti de l’ancienne ville de Buckingham et de la région de la Lièvre. La Société d’histoire de Buckingham veille à la conservation, à la mise en valeur et à l’archivage des documents (écrits, administratifs, photographiques, etc.) concernant la région et les met à la disposition du public. Elle gère un petit musée situé à la même adresse.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Société de généalogie de l’Outaouais

La Société de généalogie de l’Outaouais favorise la recherche et les échanges dans le domaine de la généalogie ainsi que la diffusion des histoires de familles. La SGO participe ainsi à la promotion et la diffusion du patrimoine documentaire et historique de Gatineau, de l’Outaouais et d’ailleurs.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Société pièce sur pièce

Fondée en 2009, la Société Pièce sur pièce (SPSP) a pour mission la recherche et la diffusion des connaissances dans les domaines de l’histoire et du patrimoine dans la région de l’Outaouais. Ayant son siège social dans le secteur Hull, la SPSP a toutefois un rayon d’action qui s’étend jusqu’aux frontières de l’Outaouais. L’organisme se concentre sur les régions et les aspects méconnus des Gatinois et souhaite retisser les liens entre Gatineau et sa région historique. Dans un souci de complémentarité avec les acteurs patrimoniaux régionaux, les moyens privilégiés par la SPSP sont la publication (papier et numérique), la traduction, ainsi que d’autres types d’activités visant les mêmes buts.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Musée de l’Auberge Symmes

Le Musée de l’Auberge Symmes est un organisme à but non lucratif qui, conjointement avec les sociétés d’histoire et du patrimoine du territoire gatinois, veut stimuler la connaissance de l’histoire locale, voire régionale auprès d’un vaste éventail de publics. Le Musée contribue au développement d’un sentiment de fierté et d’appartenance dans la communauté gatinoise et outaouaise.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Association du patrimoine d’Aylmer

L’Association du patrimoine d’Aylmer (APA) est un organisme à but non lucratif qui œuvre depuis 1975 à la promotion, à la préservation et à la protection du patrimoine bâti, naturel et immatériel d’Aylmer. L’APA veille à ce que la communauté saisisse l’importance de ce secteur dans l’histoire de l’Outaouais et du Canada.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Maclaren

En 1838, l’immigrant écossais et maçon William Fairbairn construit un premier moulin à farine qui sera racheté six ans plus tard par les frères Maclaren. Ceux-ci vont y ajouter une scierie, un moulin à carder et une maison de maître en 1871. La résidence de briques présente un mélange de styles et de belles boiseries ornementales. Elle a été désignée « édifice fédéral du patrimoine reconnu » en raison de son importance historique.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien Moulin Maclaren

En 1838, l’immigrant écossais et maçon William Fairbairn construit un premier moulin à farine qui sera racheté six ans plus tard par les frères Maclaren. Ceux-ci vont y ajouter une scierie, un moulin à carder et divers autres bâtiments et résidences. Les fermiers de toute la région viennent y faire moudre leur grain à pied, à cheval ou en voiture à cheval.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Fairbairn/Centre patrimonial

Le Centre patrimonial de la Maison Fairbairn accueille les visiteurs dans la vallée de la Gatineau et offre des informations touristiques et des expositions colorées qui racontent les histoires de la vallée. La maison et les terrains entièrement rénovés disposent d’une école en rondins qui fut restaurée et d’une scène extérieure en bois pour les événements d’été. Le terrain offre une aire de jeux et de pique-nique, et des sentiers de randonnée. Les enfants pourront s’amuser avec un modèle réduit d’un train à vapeur et plusieurs activités patrimoniales interactives ! Le centre est ouvert de mai à octobre.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Pont couvert du Ruisseau-Meech

La Vallée du Ruisseau-Meech fut colonisé par deux familles britanniques (Baldwin et Cross) au début du 19ème siècle. Dans les années 1970, le gouvernement exproprie les familles vivant sur ces terres agricoles pour y aménager un parc zoologique, projet qui n’aura jamais lieu. La plupart des maisons et granges furent démolies. Le joli pont couvert du Ruisseau-Meech, construit en 1932, est le seul témoin préservé de cette époque et est inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Domaine Mackenzie King

Le domaine Mackenzie-King, qui fait aujourd’hui partie du parc de la Gatineau, est un domaine champêtre de 231 hectares ayant appartenu à William Lyon Mackenzie King, homme politique et dixième premier ministre du Canada. Entre 1903 et 1950, celui-ci travaillera à édifier des bâtiments et à embellir sa propriété qui comprend des jardins et des ruines. Il a légué son domaine aux Canadiens à sa mort en 1950.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centre culturel Kitigan Zibi Anishinabeg

Le bâtiment rond du centre culturel de Kitigan Zibi, sur la réserve anishinabe, présente expositions et artefacts en lien avec la culture et l’histoire de la communauté algonquine. On peut visiter l’exposition permanente Kichi Sibi montée par le Musée canadien de l’histoire de Gatineau. Le centre culturel offre aussi divers ateliers de démonstration d’artisanat ou de récolte d’herbes ou de cuisine en plein air à ses visiteurs, ainsi que des ateliers de sensibilisation à la culture autochtone sur des aspects historiques, culturels et contemporains de la communauté anishinabe. Il est recommandé de s’informer à l’avance sur les ateliers offerts pour s’y inscrire.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Remorqueur Pythonga

Le Pythonga est un bateau-remorqueur qui a navigué et remorqué du bois pendant 65 ans, de 1928 à 1993, sur le réservoir Baskatong. Il est maintenant exposé à terre, en bordure de la rivière Désert qui traverse la ville de Maniwaki, dans le parc thématique du Pythonga. Le Pythonga est arrivé à Maniwaki par le chemin de fer en 1928 et a été glissé jusqu’au réservoir Baskatong. Pesant 70 tonnes, il mesure 25,90 m de long sur 4,87 m de large. Dépourvu d’instruments de navigation, le Pythonga devait être piloté manuellement. Son équipage était composé de sept hommes. Ce bateau est inventorié.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale de Paugan

En suivant le chemin Paugan, on arrive à la centrale Paugan construite en 1928 et restaurée en 1956. Elle a nécessité la venue de centaines de travailleurs, canadiens et d’Europe du Nord, pour sa construction et a fait doubler la population de Low, atteignant 6 000 personnes. C’est la plus importante installation de production d’électricité de la région de l’Outaouais avec une capacité de 206 MW.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison du bourgeois

La maison du bourgeois fait partie du site historique de l’ancien poste de traite du Lac-aux-Allumettes. Sur les berges du lac aux Allumettes s’installe un commerçant de fourrures vers 1823, face à un débarcadère naturel utilisé par les Amérindiens. MacDonnell, le commerçant, sera rapidement évincé par la Compagnie de la Baie d’Hudson (CBH) qui vient installer un nouveau poste juste à côté du sien.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Dépôt Gilmour

Philemon Wright, premier colon américain à être arrivé en Outaouais en 1800, a rapidement ouvert plusieurs chantiers forestiers dans la région. En 1835, les chantiers du canton de Leslie, qui flottent du bois vers la rivière Gatineau, sont approvisionnés par une ferme forestière dont la famille Wright assure l’exploitation. Les terres de cette ferme s’étendent entre le lac de la Ferme au sud et le lac à la Loutre (Otter Lake) au nord. Elle est rachetée dans les années 1840 par la compagnie Gilmour qui en fait un dépôt secondaire.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Bryson

Faisant face à la rivière Coulonge, la grande maison de la ferme de George Bryson a été terminée vers 1854. De style géorgien, la maison en bois est de forme rectangulaire et compte deux étages, un toit à quatre versants surmonté d’un campanile avec un belvédère à rambarde et une longue galerie couverte courant sur trois façades. Sur le site, plusieurs autres bâtiments ont été conservés : de longues dépendances en bois organisées autour d’une cour intérieure et la maison en pierre du comptable.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance

Géré par la Corporation North Nation Mills inc., Patrimoine et chutes de Plaisance est un organisme à but non lucratif à vocation patrimoniale, culturelle et récréotouristique. Le centre d’interprétation du patrimoine œuvre à la transmission et à l’interprétation de l’histoire de la MRC de Papineau dont le territoire recouvre les vallées de la Petite-Nation et de la Basse-Lièvre. Les chutes de Plaisance ainsi que leur pavillon historique veillent à la commémoration du premier village industriel qu’était North Nation Mills.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chutes de Plaisance

Dans les premiers temps de la colonisation, au début du XIXe siècle, la famille Papineau s’associe à des entrepreneurs forestiers anglophones qui exploitent la scierie de Sault-de-la-Chaudière située près de Plaisance. Le Sault-de-la-Chaudière est l’une des chutes les plus spectaculaires de l’Outaouais avec des eaux qui s’engouffrent dans un chenal rocheux étroit pour retomber 67 mètres plus bas.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne gare de Montebello

Construite en 1931 avec les surplus de billes de cèdre rouge du château Montebello, la gare de Montebello s’inspire également de son style chalet suisse. Le bois destiné à la construction du château est arrivé à la Petite-Nation depuis la Colombie-Britannique par trains entiers du Canadien Pacifique.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château Montebello

En 1929, l’Américain Harold Marcus Saddlemire rachète le domaine de la famille Papineau à ses héritiers pour en faire un club privé de chasse et de pêche réservé à une élite, le Seignory Club. Inspiré par les grands hôtels des Alpes suisses, il y fait construire un château en bois rond dont le chantier démarre en avril 1930. Il sera terminé en un temps record sous la direction de Victor Nymark, son chef de chantier finlandais, avec des billes de cèdre rouge venues en train de la côte ouest.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chapelle funéraire Louis-Joseph-Papineau

La chapelle funéraire Louis-Joseph-Papineau fait partie du domaine Papineau établi de 1846 à 1933. Après une carrière politique bien remplie, Louis-Joseph Papineau aménagera son domaine en construisant plusieurs bâtiments dont le manoir sera l’élément principal et en effectuant des travaux paysagers. Construite de 1853 à 1855 sur le domaine seigneurial par Louis-Joseph Papineau et son fils Louis-Joseph-Amédée, la chapelle funéraire est un petit édifice religieux d’influence néogothique. Elle sera reconstruite en 1933.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Île Canard Blanc

L’île Canard Blanc est située au milieu du lac Simon qui fait partie du territoire ancestral des Algonquins weskarinis. Cette île de trois kilomètres de longueur a été habitée au XIXe siècle et au début du XXe siècle par une famille algonquine du nom de Canard Blanc et des légendes amérindiennes y sont rattachées. Dans la partie nord de l’île, un sentier permet d’accéder à un lac de cratère, le lac des Étoiles, sans doute né de l’impact d’une météorite. Un circuit d’interprétation historique sur l’île permet de prendre connaissance de son histoire.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Manoir Louis-Joseph-Papineau

En 1846, Louis-Joseph Papineau entreprend à Montebello la construction d’un manoir très élégant. Âgé de près de soixante ans, il a une carrière politique bien remplie derrière lui. Son leadership dans la rébellion des patriotes de 1837 l’a obligé à s’exiler aux États-Unis et en Europe pendant plusieurs années et il souhaite, en rentrant au pays, se consacrer au développement de la seigneurie qu’il a achetée de son père en 1817.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Circuit pédestre Des Hautes-Plaines au Vieux-Port

Le gisement de magnétite Forsyth, à Hull, à proximité de l’actuel boulevard de la Cité-des-Jeunes, a été découvert en 1801 lors des tout premiers travaux d’arpentage faits dans la région. Toutefois, il faudra attendre plus de 50 ans pour que le gisement commence à être exploité.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

À propos

Réalisé par le Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’ Outaouais grâce à une subvention de la Conférence régionale des élus de l’Outaouais, du ministère de la Culture et des Communications du Québec et de la Ville de Gatineau, ce site a été réalisé en collaboration avec plusieurs organismes et partenaires issus du milieu du … Continuer la lecture de « À propos »

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Sources

Les sources suivantes ont été consultées lors de la rédaction du contenu de ce site :    Monographies ALDRED, Diane. Aylmer, Québec: Its Heritage = Aylmer, Québec : son patrimoine, Aylmer, Aylmer Heritage Association = Association du patrimoine d’Aylmer, 1989, viii, 228 p. ALDRED, Diane. The Aylmer Road: An Illustrated History = Le chemin d’Aylmer : une histoire illustrée, Aylmer, Aylmer Heritage … Continuer la lecture de « Sources »

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Rue Jacques-Cartier

À la fin du XVIIe siècle, les fils de Nicolas Gatineau, dont la rivière finira par porter le nom, ont établi un poste de traite à son embouchure. Mais l’histoire du village de Pointe-Gatineau démarre en 1830 alors que l’embouchure de la rivière est encore le domaine des cageux et des draveurs qui s’occupent des billes accumulées dans des estacades sur la rivière. Ils sont peu à peu rejoints par des familles qui s’y installent pour travailler à la drave ou à l’équarrissage.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Collège Saint-Alexandre

Le site du patrimoine du Collège Saint-Alexandre est un ensemble de bâtiments construits entre 1870 et 1950. Dans les années 1850, Alonzo Wright, petit-fils de Philemon Wright, fait construire sur le site une ferme et une résidence. Ce sont les premiers bâtiments existants.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale des Rapides-Farmer

En service depuis 1927, la centrale électrique des Rapides-Farmer a été construite par la Gatineau Power Company fondée l’année précédente par la Canadian International Paper (CIP) Company. La production électrique est alors destinée à l’Ontario et à l’alimentation de la nouvelle usine de la CIP. Elle sera rachetée en 1963 par Hydro-Québec.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale Masson

Située au nord de la rivière des Outaouais, la centrale Masson a été aménagée en 1933. L’eau est acheminée par un tunnel de 1,6 km reliant le barrage situé en amont à la centrale. Ses deux cheminées d’équilibre permettent de régulariser la pression de l’eau en emmagasinant le surplus d’eau en cas d’arrêt d’urgence des turbines. Elle est aujourd’hui exploitée par Énergie Brookfield. La bâtisse est inventoriée.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Section du dernier glissoir transformée en pont cyclable

Quand les opérations de flottage du bois ont cessé au milieu des années 1990 sur la rivière du Lièvre, la Ville de Buckingham a aménagé un sentier récréatif dédié aux piétons et aux cyclistes. Une partie du sentier inclut une section de l’ancien glissoir à billes qui était utilisé jadis pour acheminer le bois de Buckingham jusqu’à l’usine de papier de Masson. Ce glissoir est une composante impressionnante du sentier nord de Buckingham et permet d’admirer de beaux points de vue en traversant la rivière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Place MacLaren

Aménagée en 2009, cette place publique nommée en l’honneur de la compagnie Maclaren fondée en 1895 par les fils de James Maclaren, est un espace dédié aux activités récréatives et culturelles

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Parc du Landing

En bordure de la rivière du Lièvre, le parc du Landing marque l’emplacement du deuxième débarcadère de Buckingham déplacé vers 1865. Ce deuxième débarcadère permettait, grâce à ses nombreux quais, l’accostage de plusieurs embarcations et était le point de départ des bateaux à vapeur qui remontaient la rivière du Lièvre. Il servait également de lieu de ravitaillement, d’approvisionnement et de détente aux mineurs de passage qui travaillaient dans les mines le long de la rivière. On y trouvait à l’époque une centaine de bâtiments, dont plusieurs hôtels et magasins. On y retrouve aujourd’hui le Centre nautique de la Lièvre qui loue divers types d’embarcations pour profiter de la rivière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Hôtel British

Doyen des hôtels de l’Outaouais, l’hôtel British a été érigé vers 1841 par le baron du bois Robert Conroy, à l’instar de son contemporain, Charles Symmes, à qui appartenait l’auberge Symmes. De nombreux établissements hôteliers permettaient à l’époque de loger les voyageurs qui arrivaient de Hull par diligence. Ceux-ci prenaient ensuite le bateau à vapeur au débarcadère de Symmes, sur les rives du lac Deschênes, pour poursuivre leur voyage sur la rivière des Outaouais.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Auberge Symmes

Située sur les berges du lac Deschênes et de la rivière des Outaouais, l’auberge Symmes a été construite en 1831 pour Charles Symmes, fondateur d’Aylmer et neveu de Philemon Wright, fondateur de Hull et arrivé en 1900. Il était destiné au logement de voyageurs en provenance de Montréal qui devaient débarquer à Wrightstown, aujourd’hui Hull, en raison de l’infranchissable chute des Chaudières. Ils prenaient alors la diligence et empruntaient le chemin historique d’Aylmer jusqu’à l’auberge Symmes pour y passer la nuit.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

La Fonderie

Lituanien immigré au Canada en 1905, Archibald H. Coplan fonde la Hull Iron and Steel en 1913. Son aciérie va compter des centaines d’employés, en majorité des Hullois, produisent des pièces d’acier pour diverses industries et pour la Défense nationale.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne manufacture Hanson Woollen Mills

C’est George Hanson, fils d’un cardeur de laine, qui fait construire en 1905, sur un terrain vacant de la rue Montcalm, une bâtisse pour la George E. Hanson Carding and Woolen Co. Elle sera incorporée en 1934 sous le nom de Hanson Hosiery Company.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Wright-Scott

Construite en 1852 pour Philemon Ephraim Wright, petit-fils du fondateur de Hull, cette résidence historique, construite à l’est du ruisseau de la Brasserie, est une des dernières du secteur de Hull à avoir conservé son cadre d’origine. Le bâtiment de type cottage néogothique en pierre comporte trois étages et se compose d’un corps central entouré d’annexes.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Place Aubry

Située au coeur du centre-ville de la ville de Gatineau, la place Aubry s’insère dans le petit secteur piétonnier de Hull. Construits au lendemain de l’incendie de 1900, les bâtiments patrimoniaux qui l’entourent rendent compte de la diversité des influences architecturales.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château d’eau de Hull

Le château d’eau est un édifice municipal construit entre 1902 et 1905 qui sera agrandi en 1910. Le bâtiment en pierre se compose de deux ailes rectangulaires en L, coiffés d’un toit à deux versants droits à faible pente. L’édifice comprend trois niveaux, dont deux sont partiellement souterrains.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Théâtre de l’île

La colonie qui s’établit en 1800 aux abords des Chutes de Chaudière et du ruisseau qui prendra plus tard le nom de Ruisseau de la brasserie puise son eau potable directement dans les cours d’eau. Avec le temps, sa population grandissante achète son eau potable à cinq charroyeurs d’eau, qui promènent de rue en rue leurs grosses barriques montées sur une charrette, et remplissent tonneaux ou tinettes à la demande.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Circuit pédestre Le ruisseau de la Brasserie

En plein coeur de Hull, le ruisseau de la Brasserie, d’une longueur d’environ quatre kilomètres, forme la limite ouest de l’île de Hull. Cours d’eau patrimonial qui a vu se construire sur ses berges pendant plus d’un siècle une variété d’industries qui en ont aussi pollué les eaux.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chutes Chaudière

Situées entre le secteur Hull de la ville de Gatineau et Ottawa, les chutes de la Chaudière étaient un lieu sacré pour les Algonquins qui y célébraient des cérémonies. Le site des Portageurs, aujourd’hui le parc des Portageurs, était un sentier de portage pour contourner les chutes ainsi qu’un lieu de rassemblement important.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Parc Brébeuf

Situé en bordure de la rivière des Outaouais, le parc Brébeuf commémore le passage des missionnaires, des explorateurs et des voyageurs en Outaouais, sur la principale voie navigable de la « Route de l’ouest ».

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Cimetière Saint-James

Aménagé en 1820, le cimetière St-James est considéré comme l’un des plus anciens cimetières de l’Outaouais. Ce lieu de sépulture doit son nom à l’ancienne paroisse anglicane St. James, dont l’église, aujourd’hui désacralisée, est située sur la promenade du Portage.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne Imprimerie nationale du Canada

Dans les années d’après-guerre, le gouvernement fédéral lance un ambitieux programme de reconstruction, érigeant près de 200 nouveaux bâtiments fédéraux à travers le pays. L’Imprimerie nationale fait partie de ces projets.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Cimetière Notre-Dame

Vers 1864, Le père Reboul achète un lot de terrains pour construire le cimetière Notre-Dame non loin du Lac Leamy. Le cimetière est aménagé en 1872. Un presbytère est bâti sur le site, mais il brûlera dans l’incendie du quartier, en juin 1888.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Vallée-de-la-Gatineau

En remontant le nord de la rivière Gatineau pour entrer dans la région de la vallée de la Gatineau, on parcourt ce qui a longtemps été le terrain de jeu des coureurs des bois et des exploitants forestiers avant que les premiers Irlandais, fuyant la Grande Famine, ne s’installent sur le territoire. Beaucoup plus au nord, la réserve algonquine Kitigan Zibi à Maniwaki offre aux visiteurs un aperçu de l’histoire et de la culture anishinabe à travers son centre culturel. Et pour ceux qui veulent prendre leur temps, la Véloroute des Draveurs permet d’explorer une multitude de sites géologiques et d’écosystèmes uniques sur 70 km à travers la vallée.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Pontiac

C’est dans le Comté du Pontiac que l’on retrouve certaines des plus anciennes traces d’occupation humaine. Des fouilles sur les îles aux Allumettes et Morrison ont montré des traces d’occupation autochtone datant d’environ 6 000 ans av. J.-C. La rivière des Outaouais permettait les échanges et les déplacements entre peuples amérindiens. Avec l’arrivée des premiers Européens, le commerce de la fourrure prend le pas sur les autres échanges commerciaux avant de céder, quelques siècles plus tard, sa place à la drave. À partir de 1820, les rives de la rivière vont être peu à peu aménagées en fonction des besoins des communautés naissantes. On retrouve la plupart des petites villes de ce comté agricole et forestier le long de la rivière des Outaouais, frontière naturelle entre l’Ontario et le Québec. Des colons de toutes origines s’y installent peu à peu, venus des îles britanniques, mais aussi Canadiens français, puis Polonais et Allemands, qui se voient distribuer des terres plus ou moins fertiles… Au XIXe siècle, le Pontiac est un pays de bûcherons et d’agriculteurs. À la fin du XIXe siècle, la diminution des activités forestières conjuguée aux transformations agricoles qui nécessitent de grandes surfaces précipite l’exode rural.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Papineau

Lorsqu’en 1613, Samuel de Champlain remonte la rivière des Outaouais vers l’île aux Allumettes, il note une autre rivière, « fort belle et spacieuse », la rivière de la Petite Nation. Elle doit son nom aux Weskarinis, qu’on appelle aussi la Petite Nation des Algonquins, qui vivaient de chasse, de pêche et de cueillette et qui se rassemblaient l’été à l’embouchure de la rivière. Entre 1630 et 1650, les attaques répétées des Iroquois contre les populations algonquiennes vont pousser les Weskarinis à chercher refuge auprès des Français et à déserter les rives de l’Outaouais et de ses affluents en 1649. Tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, des familles d’Algonquins et d’Iroquois reviennent sur le territoire des Weskarinis au moment où la rivière des Outaouais devient l’artère principale du commerce de la fourrure. Des postes de traite seront notamment établis à l’embouchure des rivières de la Petite Nation et du Lièvre.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Hull

C’est aux abords immédiats de la chute des Chaudières que s’établit en 1800 la petite colonie dirigée par l’entrepreneur américain Philemon Wright. En un siècle, les vastes forêts qui couvrent les alentours font place à une ville industrielle dont la morphologie évoluera au fil des activités économiques, des incendies à grande échelle et des décisions politiques. Les témoignages du riche passé industriel de Hull sont au coin de chaque rue tandis que ses parcs situés en bordure des plans d’eau rappellent que la région possède également une histoire encore plus ancienne.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Aylmer

Colonisé dès le début du XVIIe siècle, ce qui est aujourd’hui le secteur d’Aylmer de la grande ville de Gatineau sera longtemps en concurrence avec l’autre pôle de colonisation et d’industrialisation de la région, le secteur de Hull. Une première route, le chemin d’Aylmer, reliera très tôt les deux centres, mais Aylmer devra surtout son expansion au service de vapeurs qui naviguent sur la rivière. Si la ville n’est jamais devenue un grand centre industriel, son passé prospère lui a néanmoins légué un centre-ville d’une grande richesse patrimoniale.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Draveurs et ouvriers

Les premiers agriculteurs de la région vont devoir bûcher l’hiver pour survivre et l’exploitation forestière sera bientôt la première industrie en Outaouais avec ses camps de bûcherons et ses draveurs qui font franchir aux billes de bois des centaines de kilomètres de rivières, de chutes et de lacs. Dans les villes, les scieries et les usines de pâtes et papiers vont transformer cette matière première, employer des milliers d’ouvriers et d’ouvrières et contribuer à l’édification de fortunes énormes. On retrouve les traces de cette histoire industrielle depuis les quartiers ouvriers de Hull jusqu’aux anciennes installations le long des rivières. De nombreux circuits patrimoniaux à travers la région permettent d’appréhender les difficultés de la drave ou de la vie des ouvriers d’alors.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Présence autochtone

Les premières traces d’occupation humaine dans la vallée de l’Outaouais remontent à environ 6 000 ans. Lorsque les premiers explorateurs s’aventurent sur ce vaste territoire, l’Outaouais est le royaume des Algonquins. L’été leur permet de se réunir en grands groupes sociaux et de pratiquer la chasse, la pêche et la cueillette avant de se disperser en groupes familiaux à l’automne pour remonter les rivières vers leurs terrains de chasse hivernaux. La région compte plusieurs lieux historiques de la présence autochtone, dont deux sites rupestres importants, mais aussi des lieux de vie comme la réserve algonquine de Kitigan Zibi à Maniwaki, dont le centre culturel offre aux visiteurs ateliers et démonstrations portant sur la culture et l’histoire algonquine régionale.

Ligne rouge