Ligne rouge
Découvrir

La rivière à Deschênes – patrimoine historique et naturel

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Site industriel des édifices E.-B.-Eddy

Irremplaçables témoins du patrimoine industriel de Hull, les édifices E.-B.-Eddy ont été construits dans les années 1880. L’Américain Ezra Butler Eddy vient s’installer à Hull en 1851. Il fait construire une première fabrique d’allumettes en 1854.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ruines Carbide Willson

Thomas Leopold Willson, inventeur, ingénieur et homme d’affaires, fait construire une grande propriété surplombant le lac Meech. Il va doter sa propriété de laboratoires pour y poursuivre ses expériences. Dans le parc de la Gatineau, seule la base d’une tour de condensation d’acide a résisté à un incendie. On peut y voir également les ruines d’un ancien moulin, partie intégrante d’une centrale électrique.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château d’eau de Buckingham

Construit en 1893, le château d’eau est en réalité une ancienne usine de pompage ainsi qu’une petite centrale hydroélectrique installée sur les berges de la rivière du Lièvre, à la hauteur des chutes Upper Falls dont elle exploitait la puissance. Buckingham a été l’une des premières municipalités à se doter d’un service de distribution de l’eau digne de ce nom

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien dépôt de tramways

À la fin du XIXe siècle, les frères Conroy construisent la centrale hydroélectrique de Deschênes. Cette centrale fournira l’électricité des tramways de la Hull Electric Railway. Le dépôt de tramways date de 1896, année d’inauguration de la Hull Electric Railway, et servait à la fois de hangar et de garage de réparation aux tramways de la compagnie. Il sera désaffecté en 1947 lorsque la compagnie cesse ses activités. L’immense bâtisse a été transformée en immeuble à appartements avec l’ajout d’une grande aile à l’arrière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Théâtre Dérives Urbaines

Le Théâtre Dérives Urbaines est un organisme sans but lucratif de Gatineau qui s’est donné pour mission de sortir le théâtre des salles conventionnelles , de soutenir la création théâtrale dans la région de l’Outaouais et de promouvoir le développement d’un sentiment identitaire à travers la production de pièces à caractère historique et d’animations théâtrales.  

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Maison Maclaren

En 1838, l’immigrant écossais et maçon William Fairbairn construit un premier moulin à farine qui sera racheté six ans plus tard par les frères Maclaren. Ceux-ci vont y ajouter une scierie, un moulin à carder et une maison de maître en 1871. La résidence de briques présente un mélange de styles et de belles boiseries ornementales. Elle a été désignée « édifice fédéral du patrimoine reconnu » en raison de son importance historique.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancien Moulin Maclaren

En 1838, l’immigrant écossais et maçon William Fairbairn construit un premier moulin à farine qui sera racheté six ans plus tard par les frères Maclaren. Ceux-ci vont y ajouter une scierie, un moulin à carder et divers autres bâtiments et résidences. Les fermiers de toute la région viennent y faire moudre leur grain à pied, à cheval ou en voiture à cheval.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale de Paugan

En suivant le chemin Paugan, on arrive à la centrale Paugan construite en 1928 et restaurée en 1956. Elle a nécessité la venue de centaines de travailleurs, canadiens et d’Europe du Nord, pour sa construction et a fait doubler la population de Low, atteignant 6 000 personnes. C’est la plus importante installation de production d’électricité de la région de l’Outaouais avec une capacité de 206 MW.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centre d’interprétation du patrimoine de Plaisance

Géré par la Corporation North Nation Mills inc., Patrimoine et chutes de Plaisance est un organisme à but non lucratif à vocation patrimoniale, culturelle et récréotouristique. Le centre d’interprétation du patrimoine œuvre à la transmission et à l’interprétation de l’histoire de la MRC de Papineau dont le territoire recouvre les vallées de la Petite-Nation et de la Basse-Lièvre. Les chutes de Plaisance ainsi que leur pavillon historique veillent à la commémoration du premier village industriel qu’était North Nation Mills.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chutes de Plaisance

Dans les premiers temps de la colonisation, au début du XIXe siècle, la famille Papineau s’associe à des entrepreneurs forestiers anglophones qui exploitent la scierie de Sault-de-la-Chaudière située près de Plaisance. Le Sault-de-la-Chaudière est l’une des chutes les plus spectaculaires de l’Outaouais avec des eaux qui s’engouffrent dans un chenal rocheux étroit pour retomber 67 mètres plus bas.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Circuit pédestre Des Hautes-Plaines au Vieux-Port

Le gisement de magnétite Forsyth, à Hull, à proximité de l’actuel boulevard de la Cité-des-Jeunes, a été découvert en 1801 lors des tout premiers travaux d’arpentage faits dans la région. Toutefois, il faudra attendre plus de 50 ans pour que le gisement commence à être exploité.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale des Rapides-Farmer

En service depuis 1927, la centrale électrique des Rapides-Farmer a été construite par la Gatineau Power Company fondée l’année précédente par la Canadian International Paper (CIP) Company. La production électrique est alors destinée à l’Ontario et à l’alimentation de la nouvelle usine de la CIP. Elle sera rachetée en 1963 par Hydro-Québec.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Centrale Masson

Située au nord de la rivière des Outaouais, la centrale Masson a été aménagée en 1933. L’eau est acheminée par un tunnel de 1,6 km reliant le barrage situé en amont à la centrale. Ses deux cheminées d’équilibre permettent de régulariser la pression de l’eau en emmagasinant le surplus d’eau en cas d’arrêt d’urgence des turbines. Elle est aujourd’hui exploitée par Énergie Brookfield. La bâtisse est inventoriée.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Section du dernier glissoir transformée en pont cyclable

Quand les opérations de flottage du bois ont cessé au milieu des années 1990 sur la rivière du Lièvre, la Ville de Buckingham a aménagé un sentier récréatif dédié aux piétons et aux cyclistes. Une partie du sentier inclut une section de l’ancien glissoir à billes qui était utilisé jadis pour acheminer le bois de Buckingham jusqu’à l’usine de papier de Masson. Ce glissoir est une composante impressionnante du sentier nord de Buckingham et permet d’admirer de beaux points de vue en traversant la rivière.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

La Fonderie

Lituanien immigré au Canada en 1905, Archibald H. Coplan fonde la Hull Iron and Steel en 1913. Son aciérie va compter des centaines d’employés, en majorité des Hullois, produisent des pièces d’acier pour diverses industries et pour la Défense nationale.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne manufacture Hanson Woollen Mills

C’est George Hanson, fils d’un cardeur de laine, qui fait construire en 1905, sur un terrain vacant de la rue Montcalm, une bâtisse pour la George E. Hanson Carding and Woolen Co. Elle sera incorporée en 1934 sous le nom de Hanson Hosiery Company.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Château d’eau de Hull

Le château d’eau est un édifice municipal construit entre 1902 et 1905 qui sera agrandi en 1910. Le bâtiment en pierre se compose de deux ailes rectangulaires en L, coiffés d’un toit à deux versants droits à faible pente. L’édifice comprend trois niveaux, dont deux sont partiellement souterrains.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Théâtre de l’île

La colonie qui s’établit en 1800 aux abords des Chutes de Chaudière et du ruisseau qui prendra plus tard le nom de Ruisseau de la brasserie puise son eau potable directement dans les cours d’eau. Avec le temps, sa population grandissante achète son eau potable à cinq charroyeurs d’eau, qui promènent de rue en rue leurs grosses barriques montées sur une charrette, et remplissent tonneaux ou tinettes à la demande.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Chutes Chaudière

Situées entre le secteur Hull de la ville de Gatineau et Ottawa, les chutes de la Chaudière étaient un lieu sacré pour les Algonquins qui y célébraient des cérémonies. Le site des Portageurs, aujourd’hui le parc des Portageurs, était un sentier de portage pour contourner les chutes ainsi qu’un lieu de rassemblement important.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Ancienne Imprimerie nationale du Canada

Dans les années d’après-guerre, le gouvernement fédéral lance un ambitieux programme de reconstruction, érigeant près de 200 nouveaux bâtiments fédéraux à travers le pays. L’Imprimerie nationale fait partie de ces projets.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Pontiac

C’est dans le Comté du Pontiac que l’on retrouve certaines des plus anciennes traces d’occupation humaine. Des fouilles sur les îles aux Allumettes et Morrison ont montré des traces d’occupation autochtone datant d’environ 6 000 ans av. J.-C. La rivière des Outaouais permettait les échanges et les déplacements entre peuples amérindiens. Avec l’arrivée des premiers Européens, le commerce de la fourrure prend le pas sur les autres échanges commerciaux avant de céder, quelques siècles plus tard, sa place à la drave. À partir de 1820, les rives de la rivière vont être peu à peu aménagées en fonction des besoins des communautés naissantes. On retrouve la plupart des petites villes de ce comté agricole et forestier le long de la rivière des Outaouais, frontière naturelle entre l’Ontario et le Québec. Des colons de toutes origines s’y installent peu à peu, venus des îles britanniques, mais aussi Canadiens français, puis Polonais et Allemands, qui se voient distribuer des terres plus ou moins fertiles… Au XIXe siècle, le Pontiac est un pays de bûcherons et d’agriculteurs. À la fin du XIXe siècle, la diminution des activités forestières conjuguée aux transformations agricoles qui nécessitent de grandes surfaces précipite l’exode rural.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Papineau

Lorsqu’en 1613, Samuel de Champlain remonte la rivière des Outaouais vers l’île aux Allumettes, il note une autre rivière, « fort belle et spacieuse », la rivière de la Petite Nation. Elle doit son nom aux Weskarinis, qu’on appelle aussi la Petite Nation des Algonquins, qui vivaient de chasse, de pêche et de cueillette et qui se rassemblaient l’été à l’embouchure de la rivière. Entre 1630 et 1650, les attaques répétées des Iroquois contre les populations algonquiennes vont pousser les Weskarinis à chercher refuge auprès des Français et à déserter les rives de l’Outaouais et de ses affluents en 1649. Tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, des familles d’Algonquins et d’Iroquois reviennent sur le territoire des Weskarinis au moment où la rivière des Outaouais devient l’artère principale du commerce de la fourrure. Des postes de traite seront notamment établis à l’embouchure des rivières de la Petite Nation et du Lièvre.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Hull

C’est aux abords immédiats de la chute des Chaudières que s’établit en 1800 la petite colonie dirigée par l’entrepreneur américain Philemon Wright. En un siècle, les vastes forêts qui couvrent les alentours font place à une ville industrielle dont la morphologie évoluera au fil des activités économiques, des incendies à grande échelle et des décisions politiques. Les témoignages du riche passé industriel de Hull sont au coin de chaque rue tandis que ses parcs situés en bordure des plans d’eau rappellent que la région possède également une histoire encore plus ancienne.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Aylmer

Colonisé dès le début du XVIIe siècle, ce qui est aujourd’hui le secteur d’Aylmer de la grande ville de Gatineau sera longtemps en concurrence avec l’autre pôle de colonisation et d’industrialisation de la région, le secteur de Hull. Une première route, le chemin d’Aylmer, reliera très tôt les deux centres, mais Aylmer devra surtout son expansion au service de vapeurs qui naviguent sur la rivière. Si la ville n’est jamais devenue un grand centre industriel, son passé prospère lui a néanmoins légué un centre-ville d’une grande richesse patrimoniale.

Ligne rouge
Ligne rouge
Découvrir

Draveurs et ouvriers

Les premiers agriculteurs de la région vont devoir bûcher l’hiver pour survivre et l’exploitation forestière sera bientôt la première industrie en Outaouais avec ses camps de bûcherons et ses draveurs qui font franchir aux billes de bois des centaines de kilomètres de rivières, de chutes et de lacs. Dans les villes, les scieries et les usines de pâtes et papiers vont transformer cette matière première, employer des milliers d’ouvriers et d’ouvrières et contribuer à l’édification de fortunes énormes. On retrouve les traces de cette histoire industrielle depuis les quartiers ouvriers de Hull jusqu’aux anciennes installations le long des rivières. De nombreux circuits patrimoniaux à travers la région permettent d’appréhender les difficultés de la drave ou de la vie des ouvriers d’alors.

Ligne rouge